La responsabilité de l’Eglise face à l’évangélisation du monde

Posté le 14 février 2010 dans Spiritualité


Quel est le plan de Dieu pour un monde perdu ? La mission a-t-elle un fondement biblique ?


Dieu veut que tous les hommes soient sauvés. Dieu a établi un plan de salut même dans l’Ancien Testament. Des hommes et des femmes ont toujours répondu à l’appel de Dieu.


 NOE : Genèse 6/1à7 : la terre était remplie de violence. Noé est appelé le prédicateur de justice car c’est par lui que Dieu va essayer de sauver l’humanité par sa prédication. Mais seule sa famille a été sauvée. L’arche est le témoignage de la grâce et de la justice de Dieu.


 Plus tard, Dieu a choisi un homme : ABRAHAM, il avait alors 75 ans. Je le considère comme le premier des grands missionnaires parce qu’il a accepté de quitter sa patrie et sa famille pour aller dans un pays inconnu que Dieu allait lui montrer. En partant, il ne savait même pas le nom du pays où il allait. Il a fait confiance à Dieu en vue d’un programme de salut pour l’humanité, c’est pourquoi on l’a appelé : père de la foi. Partir, à l’âge de la retraite sans savoir où l’on va, quelle foi ! Mais Dieu lui avait fait une promesse : « ta postérité sera Mon peuple ». Comment cela est-il possible puisque son épouse est stérile ? Pourtant le fils de la promesse est né et ce peuple sortira de lui. Le peuple d’Israël est né et Dieu le bénit.


Le peuple (environ 70 personnes) s’installe en Egypte (suite à la famine), et 400 ans plus tard, Dieu les a bénis et c’est environ 2 millions de personnes qui quittent l’Egypte ! Israël devait apporter la lumière aux nations, mais il a échoué. Cependant à plusieurs reprises, le peuple a joué vraiment son rôle : – Salomon a joué ce rôle pendant un temps : des rois du monde entier admiraient sa sagesse et son royaume et au travers de cela, ils découvraient le Dieu d’Israël. Salomon meurt et Israël a de nouveau éteint sa flamme et les nations demeurent dans les ténèbres. – Pendant la déportation, la Reine Esther a joué un rôle important, non seulement elle a sauvé son peuple, mais des décrets ont été faits pour que le Dieu d’Israël soit reconnu dans les 127 provinces du royaume d’Assuérus. – Daniel ensuite a joué aussi un rôle pour que le Dieu des cieux soit connu et cela a même abouti à la conversion du roi Nebucadnetsar ! On constate que c’est toujours dans la douleur et la souffrance que le peuple d’Israël a pu apporter cette lumière. – Puis JESUS vient : Il est la lumière capable d’éclairer tout homme. Quelqu’un a dit : « Dieu n’a qu’un fils et il en a fait un missionnaire ». Jésus est missionnaire, Il a quitté la gloire du ciel pour venir comme un étranger parmi nous pour nous secourir et nous apporter la bonne nouvelle du salut. Jésus a reproduit ce que le Père a fait : Il a envoyé Son Fils et Jésus à son tour va envoyer des hommes : les apôtres à travers les nations. Si le Père a été missionnaire en envoyant Jésus, Jésus a formé et envoyé des missionnaires. Le St Esprit aussi envoie : dans Actes 13, dans cette église d’Antioche, le Saint Esprit a dit : « Mettez-moi à part Saul et Barnabas…» C’est ainsi que Paul commence son œuvre missionnaire envoyé par le St Esprit. Romains 10/14 : « Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n’ont pas cru ? Et comment en entendront-ils parler, s’il n’ y a personne qui prêche ? Et comment y aura-t-il des prédicateurs s’ils ne sont pas envoyés ? » C’est le rôle et la vocation de l’Eglise.


Le rôle de l’Eglise est de poursuivre ce que le Père a commencé, ce que le Fils a institué, ce que le St Esprit nous a démontré, à savoir que des hommes et des femmes puissent aller annoncer l’Evangile. C’est le ministère par excellence de l’Eglise. Que faisons-nous de ce commandement ? Quelles sont les conséquences si nous ne prêchons pas ? Les gens n’entendront pas et ne pourront pas se convertir. C’est une responsabilité importante. Nous trouvons dans l’enseignement biblique que Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la repentance. Mais comment y parviendront-ils si l’évangile n’est pas annoncé ? Rappelons-nous ce que Jésus nous a demandé. Depuis 2000 ans nous savons que l’Eglise pendant des générations a manqué à sa mission, puis elle s’est ressaisie et à chaque fois le Royaume de Dieu a avancé. C’est de cette manière qu’aujourd’hui encore des ethnies sont privées de l’Evangile. Nous savons que le retour du Seigneur se fera quand l’Evangile sera annoncé à toutes les ethnies. Pourquoi sommes-nous encore ici-bas, alors que le meilleur est au ciel ? Pourquoi Dieu nous laisse-t-il encore sur terre ? C’est parce que l’œuvre n’est pas encore achevée. Paul dit qu’il est tiraillé car il préférerait être au ciel, mais s’il reste, c’est uniquement pour le bien de l’œuvre. Aujourd’hui il y a 12000 peuples dans le monde qui sont non atteints par l’Evangile, et parmi eux, plusieurs n’ont même jamais entendu le nom de Jésus alors que cela fait 2000 ans que Jésus est mort pour eux aussi. Alors peut-être direz-vous : « mais comment est-ce que je peux participer à cela ? Je ne suis pas prédicateur, je ne suis jamais allé à l’étranger » ?


Nous avons tous un rôle à jouer pour l’évangélisation du monde. Dans l’Eglise , on estime sur le plan financier qu’1% de toutes les rentrées de l’Eglise va pour l’évangélisation du monde et 99% reviennent aux chrétiens. En fait quand nous pensons donner à Dieu, nous donnons pour que cela nous revienne : pour payer le bâtiment, pour être assis confortablement, pour l’éclairage, pour le chauffage, pour le salaire du Pasteur qui nous exhorte … Quand nous pensons faire un sacrifice en donnant notre dîme, en fait 99% nous reviennent. Il a fallu 2000 ans pour que certains peuples puissent entendre l’Evangile, combien de temps faudra t’il encore pour que ces 12000 peuples l’entendent ! Encore 2000 ans ? Chaque génération a cru que le Seigneur allait revenir, même l’apôtre Jean quand il écrit sa première épître dit : « petits enfants, c’est la dernière heure… » et pourtant cela fait 2000 ans ! A chaque génération, les prédicateurs ont annoncé le retour « imminent » du Seigneur, mais ils sont morts sans l’avoir vu. Jésus ne reviendra pas avant que ces 12000 peuples soient évangélisés. Nous avons souvent le sentiment que nous ne pouvons pas faire grand-chose. Qu’est-ce que je peux faire ? Comme Gédéon, je suis tout petit, issu d’une petite famille, pas capable de grand-chose, rempli de complexes et d’incapacités. Sur la montagne des béatitudes, Jésus avait enseigné et 5000 hommes étaient là (sans compter les femmes et les enfants). Il était tard et ils n’avaient rien à manger. Les disciples sont dépassés par la situation surtout quand Jésus leur dit : « donnez- leur vous-mêmes à manger ». Cela représentait 10 à 15000 personnes à nourrir. Les disciples voulaient renvoyer la foule, et c’est souvent la réaction que nous avons quand nous nous sentons dépassés. « Ces peuples non atteints, on ne peut pas les atteindre, qu’ils aillent trouver leur nourriture eux-mêmes » !


Mais Jésus donne une leçon. Qu’avez-vous ? : « cinq pains et deux poissons ». Pour Jésus cela suffit. Nous, nous disons : « je n’ai rien, très peu d’intelligence, je ne sais pas parler, j’ai peu de moyen, pas de mémoire » Mais si nous mettons nos 5 pains et nos 2 poissons au service du Maître, cela suffira car Il va multiplier ce que nous Lui offrons. Jésus dit : « placez les gens par rangées de 50 et de 100 ». Placer ainsi 15000 personnes, ce n’est pas facile. Cela nous montre que Dieu est organisé pour le salut des âmes. Puis Il dit « donnez-en à tous ». Imaginons que les disciples donnent à manger aux 3 premières rangées, puis à la 4ième, 5ième etc… et que là au lieu d’aller plus loin, ils recommencent à donner à la première rangée. Et puis qu’ils recommencent toujours ainsi. Les autres auraient très vite réclamé. En fait c’est ce que nous faisons dans l’évangélisation. Depuis 2000 ans, nous prédicateurs nous donnons à manger toujours aux mêmes, alors que le 8ième ou 10ième rang qui sont aux extrémités de la terre n’ont rien à manger. Jésus n’aurait pas toléré cela. Nous acceptons très facilement que ce soit toujours les mêmes qui mangent. Nous devons sortir de notre égoïsme et penser que d’autres dans le monde ou dans la rue en face, n’ont jamais eu de nourriture. C’est notre mandat à vous et à moi. Comment une assemblée peut-elle faire ? 1) La prière : prier pour que des ouvriers se lèvent dans la moisson. Tous nous pouvons le faire. 2) Matériellement : pour soutenir l’évangélisation. Il y a à l’heure actuelle, 1 milliard de personnes nées de nouveau sur la face de la terre. C’est possible d’atteindre ces 12000 ethnies dans notre génération. Aujourd’hui il y a plus de croyants que dans toute l’humanité depuis la mort de Jésus. Nous sommes donc un potentiel énorme. C’est donc possible de piocher des missionnaires dans ce grand réservoir d’un milliard. L’Eglise n’a jamais été aussi riche que dans notre temps. Si nous pensons qu’en donnant simplement la dîme, nous sommes déchargés de nos responsabilités, nous nous trompons.


Nous aurons des comptes à rendre à Dieu pour cela. Quand nous chantons qu’Il règne, est-ce qu’Il règne seulement sur 10% de ma vie ? Est-ce qu’Il règne sur tout mon compte bancaire ?


Il y a des choses qui doivent changer si nous voulons que ça bouge dans le Royaume de Dieu. Nous les Français, nous sommes le peuple qui épargne le plus dans le monde. On a peur pour l’avenir, on a peur pour nos enfants et pour assurer l’avenir de nos enfants. On entasse sur des comptes au lieu de faire confiance à Dieu. « Celui qui épargne à l’excès, s’apauvrit » dit les Proverbes. Qu’est-ce que la foi quand on a tout ce qu’il faut ? La foi, c’est quand j’abandonne toutes mes sécurités en Lui faisant confiance. Dans le temple, Jésus regardait ce qu’on mettait dans le tronc. Ca intéresse Jésus ce que nous donnons pour l’œuvre de Dieu. Plusieurs riches mettaient beaucoup, mais cette pauvre petite femme veuve a mis les 2 petites pièces qui lui restaient. Alors Jésus dit : « les riches ont mis de leur superflu, mais cette femme a osé faire un acte de foi » en pensant : je mets ces 2 pièces et je Lui fais confiance. Dieu avait-Il besoin de ces 2 petites pièces ? Non ! Est-ce qu’Il les lui avait demandées ? Non, mais elle a voulu les donner de tout son cœur dans un acte de foi. C’est cela le vrai sacrifice.


En conclusion nous dirons : que ce soit dans le domaine spirituel, dans l’évangélisation, ou le domaine matériel, faisons tout pour faire avancer l’œuvre missionnaire dans le monde !!


Contacter  Michel MARVANE


7 réponses à “La responsabilité de l’Eglise face à l’évangélisation du monde”

  1. ymenissier dit :

    Bonjour, ce site sera bientôt renouvelé entièrement. Il est en étude. Vous trouverez sur ce site une carte et des adresses. Je vous invite également à visiter le site du CNEF, PORTES OUVERTES, qui ont souvent été les sources des articles de notre site. Bonne continuation et bonne année !

  2. Pauline dit :

    Je suis émue par vos écrits. Ils sont très profonds. Que le l’Esprit du Seigneur puisse vous illuminer encore plus. Serait-il possible de vous parler davantage?

  3. hhhh dit :

    Soyez béni

  4. Pauline JN LOUIS dit :

    Je suis émue par vos écrits. Je suis aussi traversée par cette meme vision.

    Serait-il possible de communiquer avec vous davantage?

    Le monde a besoin de nous et il y a quelqu’un qui nous attend quelque part.

  5. je suis inspire par vos ecrits. j’en ferais l’objet de ma predication ce samedi a l’eglise
    evangeliste bienvenu

  6. M. Fontana dit :

    Priez et faites prier pour le festival avec Luis Palau à Marseille les 1, 2 et 3 juillet 2011.Dieu voulant sur la plage du Prado
    Merci.
    Si l’Église de Jésus n’évangélise plus elle va mourir

  7. Begoto Dillah dit :

    Bonjour Michel Vous avez bien ecrit. Avez vous un plan d.action de la part du Seigneur? Que le Seigneur DIEU vous soutienne Amen.

Laisser un commentaire

© 2010 Fepef.com I Informations légales